Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
☘️  Source Celtique #2 ☘️ (Since~2013)

Bienvenue sur le blog Source Celtique #2 - Blog hommage, à Alan Stivell Cochevelou, retour sur les chemins de terre d'un Barde Breton..."kentoc'h mervel eget em zaotra"

radio

En Irlande, Galway, capitale européenne de la culture moins européenne que prévue (francetvinfos.fr / 02.09.20)

Publié le 6 Septembre 2020 par Source Celtique #2 dans Infos, Musiques, Radio

commentaires

BZH: une radio régionale devrait voir le jour en 2022 (actu.fr / 14.08.20)

Publié le 14 Août 2020 par Source Celtique #2 dans Infos, Radio

BZH: une radio régionale devrait voir le jour en 2022 (actu.fr / 14.08.20)
commentaires

Tamm Kreizh / CanalBREIZH : musique bretonne en tout lieu

Publié le 11 Juillet 2020 par Source Celtique #2 dans Radio, Musiques, Concert - Fest Noz

commentaires

Folk @ Lier (radio Libertaire) & Rainy Days (radio Béton)... le dimanche en musique Trad, de 12h à 17h

Publié le 5 Juillet 2020 par Source Celtique #2 dans Radio, Musiques

Folk @ Lier (radio Libertaire) & Rainy Days (radio Béton)... le dimanche en musique Trad, de 12h à 17h
commentaires

la pépite celtique : Luar na Lubre Memoria da Noite (francebleu.fr / 22.05.20)

Publié le 23 Mai 2020 par Source Celtique #2 dans Infos, Musiques, Vidéos, Radio

commentaires

Ce jeudi 21 mai, Glen Hansard se produira en direct de la Bibliothèque nationale d'Irlande pour Other Voices # Courage2020!

Publié le 20 Mai 2020 par Source Celtique #2 dans Infos, Concert - Fest Noz, Radio, Musiques, Vidéos, Corona-concert

Ce jeudi 21 mai, Glen Hansard se produira en direct de la Bibliothèque nationale d'Irlande pour Other Voices # Courage2020!

Ce jeudi 21 mai, Glen se produira en direct de la Bibliothèque nationale d'Irlande pour Other Voices # Courage2020! Cette performance sera diffusée dans le monde entier à partir de 20 heures, heure irlandaise (GMT + 1), via Other Voices Facebook, YouTube et Twitter.

# Courage2020 est soutenu par le ministère de la Culture, du Patrimoine et du Gaeltacht, Intel et RTÉ.

commentaires

Alan Stivell, icône de la musique celtique (francemusique.fr / 02.05.20)

Publié le 10 Mai 2020 par Source Celtique #2 dans Infos, Radio

commentaires

Words And Music: 'Quarantine,' A Poem By Eavan Boland (www.wgbh.org / 01.05.20)

Publié le 3 Mai 2020 par Source Celtique #2 dans Infos, Radio, Vidéos, Musiques

Eavan Boland était l'un des écrivains irlandais les plus aimés. Elle est décédée le 27 avril 2020, subitement d'un accident vasculaire cérébral. Boland venait de rentrer de son poste d'enseignante de longue date à l'Université de Stanford en Californie pour attendre la pandémie de coronavirus dans son Dublin natale. Elle avait 75 ans.

Le poème que nous avons choisi s'intitule «Quarantaine», publié pour la première fois en 2001, mais étonnamment et douloureusement adapté pour aujourd'hui. La musique que nous choisissons de combiner avec le poème est l'hymne irlandais du XIe siècle, en partie en latin, en partie en vieux gaélique, "Deus Meus".

"Quarantine" raconte une histoire de la grande famine dévastatrice en Irlande à la fin des années 1840. «La grande faim», comme on l'appelait, est désormais considérée par certains historiens comme une forme de génocide. Il n'y avait pas de pénurie réelle de nourriture en soi, du moins aucune qui aurait dû créer une famine aussi répandue. Il y a eu, cependant, un échec dévastateur de la récolte de pommes de terre dont dépendait la plupart des habitants de l'île - 9 millions à l'époque selon certaines estimations. La nourriture a continué à être exportée d'Irlande au cours de la période, et la réponse inadéquate du gouvernement britannique occupant a entraîné la mort de plus d'un million de personnes et déclenché des décennies d'émigration qui ont mis les Irlandais dans toutes les parties du monde.

Une réponse du gouvernement - et c'est important pour le contexte du poème - a été de créer des ateliers pour les plus démunis. Dans ces établissements, la vie était souvent pire pour ses détenus que pour ceux qui mouraient de faim à l'extérieur. L'histoire du poème est celle d'un mari et d'une femme quittant une telle institution avec une femme malade de «fièvre de la famine», très probablement Typhus. Ils voyagent toute la nuit mais sont retrouvés morts le matin. Une fois trouvé, un dernier geste physique d'amour est évident dans la position de leur corps.

En lisant ce poème, j'ai été mis tristement à l'esprit de la souffrance et de la solitude que d'innombrables victimes de COVID-19; de vraies personnes ne font pas seulement partie d'une statistique quotidienne. La souffrance de leurs conjoints, partenaires, amants, membres de leur famille, séparés par cette pandémie - beaucoup meurent seuls. Et de leur humanité, à la fin du poème, "... ce qu'ils ont souffert. Comment ils ont vécu. Et ce qu'il y a entre un homme et une femme. Et dans quelle obscurité cela peut être le mieux prouvé."
"Quarantaine"

À la pire heure de la pire saison
de la pire année de tout un peuple
un homme est parti de l'atelier avec sa femme.
Il marchait - ils marchaient tous les deux - vers le nord.

Elle était malade de la famine et ne pouvait pas suivre.
Il l'a soulevée et l'a mise sur son dos.
Il marchait comme ça à l'ouest, à l'ouest et au nord.
Jusqu'à la tombée de la nuit sous des étoiles glaciales, ils sont arrivés.

Le matin, ils ont tous deux été retrouvés morts.
Du froid. De faim. Des toxines de toute une histoire.
Mais ses pieds étaient maintenus contre son sternum.
La dernière chaleur de sa chair était son dernier cadeau pour elle.

Qu'aucun poème d'amour n'arrive jamais à ce seuil.
Il n'y a pas de place ici pour l'inexact
éloge des grâces faciles et de la sensualité du corps.
Il n'y a que du temps pour cet inventaire impitoyable:

Leur mort ensemble à l'hiver 1847.
Aussi ce qu'ils ont souffert. Comment ils vivaient.
Et ce qu'il y a entre un homme et une femme.
Et dans quelle obscurité cela peut être prouvé au mieux.

"Quarantine" est tiré de "New Collected Poems" de Eavan Boland, publié par WW Norton.

Deux enregistrements de l'hymne du XIe siècle, Deus Meus ont été utilisés:

"Deus Meus", Cappella Caeciliana, Cantate Domino
"Deus Meus", choeur folklorique Notre-Dame, chansons des saints et des érudits

Les mots et la musique sont une caractéristique de A Celtic Sojourn, et peuvent également être consultés en ligne sur wgbh.org/celtic. Si vous avez une suggestion pour un poème, une lecture ou un morceau de musique qui correspondrait à la série, envoyez un e-mail à celtic@wgbh.org et mettez "Words and Music" dans la ligne d'objet.

 

 

(translate.google.fr)

vi

commentaires

Brigitte Fontaine : "Désormais, nous sommes des fruits confits" (franceculture.fr 26.04.20)

Publié le 27 Avril 2020 par Source Celtique #2 dans Radio, Infos

JOUR 37 | Confinée avec quelques mois d’avance sur le reste du monde dans son appartement parisien, la chanteuse et poète Brigitte Fontaine n’est pas du genre à faire des concerts-maison pour alimenter les réseaux sociaux. "J’irai pas dans vos face-books" chante-t-elle dans son dernier album 'Terre Neuve'. 'J’irai pas, j’irai pas !'. Personne ne lui fera changer d’avis.

Brigitte Fontaine chez elle
Brigitte Fontaine chez elle Crédits : Areski Belkacem

Brigitte Fontaine n’a pas attendu la pandémie du nouveau coronavirus pour "aller très mal", merci de le noter en préambule. Décidément toujours en avance sur son temps, l’artiste archi-culte de la scène française nous annonce d’emblée qu’elle est confinée depuis plus longtemps que tout le monde. Principalement à cause d’un maudit mal de dos qui l’oblige souvent, depuis quelques mois déjà, à rester allongée - et tant qu’à faire, plutôt dans son logis de l’île Saint-Louis, à Paris. 

Sinon, à part ça, la plus littéraire des rock-stars a encore quelques bonnes ressources pour tenir face au choc de la pandémie et de ses tragiques conséquences sociétales. Son mari de longue date, le musicien et compositeur Areski Belkacem nous avait préalablement rassuré. A sa manière : "Ça se passe plutôt bien ce confinement. On est tranquilles à la maison. Avec Brigitte, on partage équitablement les tâches ménagères. C’est elle qui fout le bordel et c’est moi qui range après" confie le cheikh soufi moqueur avant de nous passer son illustre épouse. 

Brigitte Fontaine nous accueille avec un rire aussi mystérieux que profond, tout à la fois rassurant et déstabilisant. La quarantaine l’affecte-t-elle un peu, beaucoup ou moyennement ? "Mon moral est très affecté, mais il est d’abord affectueux" esquive-t-elle, fidèle à son tempérament fantasque. En interview comme sur scène, Brigitte Fontaine fait son show, impossible de l’arrêter, mais elle ne triche jamais, on peut lui faire confiance : 

Mais puisque je vous dis que ce confinement ne change rien à ma vie. Je suis comme une odalisque tordue, une odalisque infirme presque. Je suis tordue comme un ver sur le lit. Donc ces derniers mois j’étais confinée tout le temps chez moi, sauf quand il fallait aller travailler, c’est à dire donner des concerts à travers la France ou à Paname. Bon, maintenant qu’il n’y a plus de salles de spectacles, je reste à la maison. 

"Les vieux feront ce qu’ils voudront. Ou alors faut-il leur couper la tête à 65 ans ?"

Et si on évoquait le dé-confinement, tel qu’il se profile progressivement à partir du 11 mai ? Et qui ne sera sans doute pas le même pour tout le monde. Comment la rouge Brigitte Fontaine, a-t-elle vécue la polémique concernant "le confinement prolongé pour les personnes âgées" ? Le Président Emmanuel Macron qui avait émis cette idée a dû revenir sur ses propos, préférant appeler à "la responsabilité individuelle" car ne souhaitant pas de "discriminations entre les citoyens".

Cette polémique, est "une comédie" tacle Brigitte Fontaine. "Ça m’est complètement égal, les vieux feront ce qu’ils voudront. Ou alors faut-il leur couper la tête à 65 ans ?" 

Le plus scandaleux dans cette affaire réside dans les mots employés tient-elle à préciser : 

Ça m’exaspère quand on dit 'personnes âgées', ou 'les séniors', alors qu’on parle des vieux, car c’est bien de cela qu’il s’agit, les vieux ou les vioques ! Tout aussi nul et insupportable quand on dit que tel a décédé ou qu’il nous a quitté au lieu de dire tout simplement il est mort.

Dans une ultime et vaine tentative de conforter les propos de l’artiste avec son oeuvre on rappelle à Brigitte Fontaine qu’elle a écrit une des plus belles chansons sur le sort des vieux dans nos sociétés occidentales contemporaines. Prohibition (2009). La chanson s’ouvre d’une manière tonitruante : "J'exhibai ma carte senior

Sous les yeux goguenards des porcs

Qui partirent d'un rire obscène

Vers ma silhouette de sirène"

Et dans un couplet tout aussi inspiré l’auteur-interprète résume la situation ainsi :  
"Les vieux sont jetés aux orties

A l'asile aux châteaux d'oubli

Voici ce qui m'attend demain

Si jamais je perds mon chemin"

Brigitte Fontaine fait mine d’avoir oublié les paroles de sa chanson : "Je ne me souviens que du refrain, "je suis vieille et je vous encule", à cause du détail scandaleux bien sûr". 

"Nous sommes tous confinés, tous confits"

Au bout de la 117e interview de Brigitte Fontaine, on finit par comprendre qu'elle ne commentera jamais sa prose. Au lycée déjà elle détestait les explications de textes, c'est son mot d’excuse. "A mort les exégètes !", a-t-elle écrit un jour dans un de ses livres.

Dans l’interview téléphonique, Brigitte Fontaine évoque également la chanson en duo avec Jacques Higelin La grippe ( 1967 ), une chanson d’avant le déluge effectivement - "une chanson de saison je vous l’accorde" -  et a quelques mots doux en parlant de son ami Christophe, "artiste unique" et "magnifique"

Que fait-elle pour meubler ses jours et ses nuits ? Quels projets et quels manques habitent Brigitte Fontaine en ce moment même ? 

Ce qui me manque le plus ? Les amis ! Les amis et … le dehors, les petites ballades, très petites d’ailleurs, par ci-par-là dans l'île. Je ne lis pas en ce moment, mais j’ai trouvé une astuce rusée pour écrire allongée à plat sur le côté. J’ai écris un poème hier, une nouvelle chanson probablement… sur les fruits confits. Nous sommes tous confinés, tous confits, nous sommes désormais des fruits confits. 

Maintenant qu’on connaît le (beau) titre, on attend chanson ! Les Fruits confits de Brigitte Fontaine auront-ils le même arrière goût tragique que le sublime Strange fruit de Billie Holiday ?  "Je suis polie, je ne veux pas avoir l’air catastrophée, je m’efforce- très aisément d’ailleurs- de rire un peu malgré l’ange exterminateur qui nous menace tous" conclut-elle.  

Aujourd’hui, Brigitte Fontaine va peut-être sortir de sa tanière et faire un petit tour en bas de chez elle. Elle portera un masque ramené d’Egypte par un ami : "Un masque qui ne sert qu’à faire joli" précise-t-elle, même pas malicieusement ! Il n’y aura personne ou pratiquement personne dans les petites rues de l’île Saint Louis. Pour des raisons évidentes que la chanteuse résume à sa manière : "Je constate que depuis que le célèbre glacier Berthillon a fermé boutique, il n’y a plus de hordes de touristes, plus de gens. C’est calme enfin."

- Cinq chansons de Brigitte Fontaine synchrones avec ce que nous vivons :

1- La grippe (1967) 

2- Prohibition (2009)

3- Hollywood, en duo avec Christophe (2011) 

4- Genre humain (1995) 

5- J’irai pas (2020)

commentaires

Replay : Rainy Days : dernière émission du 08 mars 2020 (http://rainy-days.fr/)

Publié le 12 Avril 2020 par Source Celtique #2 dans Radio

Replay : Rainy Days : dernière émission du 08 mars 2020 (http://rainy-days.fr/)
commentaires
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>