Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
☘️  Source Celtique #2 ☘️ (Since~2013)

Bienvenue sur le blog Source Celtique #2 - Blog hommage, à Alan Stivell Cochevelou, retour sur les chemins de terre d'un Barde Breton..."kentoc'h mervel eget em zaotra"

Bretagne : "Du pôule nord au pôule Sud" le film d'aventure de Guirec et sa poule Monique (francebleu.fr / 12.01.20)

Publié le 12 Janvier 2020 par Source Celtique #2 dans Infos, Sortie film

commentaires

Bretagne : sur la côte d'Emeraude, la lune a fait le spectacle (actu.fr / 12.01.20)

Publié le 12 Janvier 2020 par Source Celtique #2 dans Infos

commentaires

Rainy Days : Dimanche Celtique de 15h à 17h sur radio Béton 93.6 fm

Publié le 12 Janvier 2020 par Source Celtique #2 dans Radio

 Rainy Days : Dimanche Celtique de 15h à 17h sur radio Béton 93.6 fm
Rainy Days

Rainy Days, l'émission de radio des musiques "celtiques"!

Bretagne, Irlande, Ecosse, Galice, Asturies, Pays de Galles...

Le dimanche de 15h à 17h.

commentaires

Ancient Music for the Irish Harp

Publié le 7 Janvier 2020 par Source Celtique #2 dans Musiques, Vidéos

commentaires

Alan Stivell - The infinity of imagination (www.innerviews.org /Déc.2019)

Publié le 6 Janvier 2020 par Source Celtique #2 dans Infos

Alan StivellI
L'infinité de l'imagination par Anil Prasad
Copyright © 2019 Anil Prasad. Tous les droits sont réservés.

Alan Stivell Gilles Pensart

La musique celtique a résonné pendant des décennies dans le monde entier dans une myriade de contextes traditionnels et interculturels. Le travail de harpe, les compositions et les interprétations de la musique traditionnelle d'Alan Stivell ont joué un rôle central pour rehausser le profil de la musique celtique et bretonne et préparer le terrain pour l'ubiquité mondiale de la première. Son dernier album, Human ~ Kelt, est le premier d'une trilogie qui explore sa carrière depuis le début des années 60. Il marque également Stivell frapper 50 ans en tant que musicien professionnel.

L'album présente une combinaison d'œuvres antérieures repensées et de nouvelles pièces, avec une grande variété d'invités, dont Dan Ar Braz, Angelo Branduardi, Andrea Corr, Fatoumata Diawara, Bob Geldof, Murray Head, Dónal Lunny, Carlos Núñez et Yann Tiersen. Bien qu'enraciné dans la culture celtique et bretonne, l'album est imprégné de nombreux autres genres, dont la musique africaine, le classique, l'électronique, la pop et le rock. Human ~ Kelt est conçu pour montrer les connexions entre eux et comment la musique celtique peut servir de pont sans couture. C’est aussi un album multilingue, tissant des langues telles que le basque, le breton, le catalan, le néerlandais, le gaélique, l’anglais, le français, l’allemand et le gallois dans son récit.

Stivell est né en Bretagne et son père Georges Cochevelou était fonctionnaire au ministère français des Finances avec un intérêt majeur pour la musique. Cochevelou a poursuivi la reconstitution d'une harpe bretonne traditionnelle du Moyen Âge et lui a présenté son fils à l'âge de neuf ans. Stivell était imprégné de musique celtique, de mythologie, d'art, de danse, ainsi que de la langue bretonne étant enfant. Il s'installe ensuite à Paris où il rencontre des influences musicales mondiales, suscitant son intérêt pour les possibilités de fusionner ses racines avec le monde élargi qui s'est révélé à lui.

En 1960, à 17 ans, Stivell a commencé sa carrière d'enregistrement avec son premier single "Musique gaelique". Son premier LP Telenn Geltiek a suivi en 1964. En 1967, il avait signé avec Philips Records, et sa carrière internationale a commencé pour de bon. Une opportunité jouer avec The Moody Blues au Queen Elizabeth Hall de Londres en 1968 fut un moment charnière de l'époque.

Les premiers albums clés comprenaient les Reflets des années 1970 et la Renaissance de 1971 de la harpe celtique, qui ont fait de Stivell une voix critique et influente dans le renouveau des racines bretonnes émergentes. Il a également acquis une renommée pour combiner la musique celtique avec des éléments rock tels que la guitare électrique, la basse, la batterie et l'orgue. En 1972, l’intérêt pour l’approche de Stivell était important dans toute l’Europe. Son album live À l'Olympia, axé sur son approche du rock celtique, a vendu 1,5 million d'albums et a établi sa carrière de tourneur et d'enregistrement dans le monde entier.

Stivell a ensuite enregistré 18 autres albums entre À l'Olympia et Human ~ Kelt. Sa sortie en 1980, Celtic Symphony, est un autre moment pionnier qui intègre le rock, l'orchestre symphonique, le breton et les sons indiens. Ses travaux ultérieurs l'ont amené à prendre les royaumes breton et celtique et à les fusionner avec les mondes de l'électronique, du hip-hop et des contextes rock et pop encore plus prononcés. Des albums tels que Against de 1993 et ​​1 Douar de 1998 comprenaient des collaborations avec des icônes mondiales, notamment Kate Bush, John Cale, Youssou N’Dour, Jim Kerr et Shane MacGowan, soulignant l'estime dans laquelle son travail est tenu dans la culture pop.

Il retrace sa carrière de plusieurs décennies et l'inspiration et la motivation qui éclairent son approche alchimique dans cette rare interview en anglais.

Alan Stivell Gilles Pensart

Découvrez ce que le titre Human ~ Kelt communique.

Je suis sur la route depuis 63 ans et je voulais trouver deux mots pour exprimer ma vie musicale et ma vie générale. Je suis fasciné par la culture et les pays celtiques depuis l'âge de 10 ans. Donc, c'est très essentiel dans ma vie - encore plus important que d'être breton. La musique celtique fait partie de l'Écosse, de l'Irlande, du Pays de Galles et de la Grande-Bretagne et j'ai toujours été extrêmement fasciné par cela. Même enfant, j'ai découvert qu'il y avait de nombreuses relations entre la musique celtique et la musique des cultures non occidentales. Il y avait des similitudes avec la musique d'Asie, la musique amérindienne et même la musique africaine et indienne. Donc, comprendre la musique celtique signifie que je suis ouvert à travailler sans frontières depuis que je suis très jeune.

Plus d'une douzaine de langues sont représentées sur l'album. La langue est un autre aspect important de ce que je fais. J'ai principalement utilisé le breton pour écrire et chanter, ce qui n'est compris que par quelques personnes. Donc, j’ai toujours pensé que nous devons communiquer avec la musique et non avec les mots. Mais je peux aussi utiliser différentes langues. J'ai pensé, si je peux utiliser le breton, le français et l'anglais, pourquoi ne pas utiliser également d'autres langues comme le gaélique, le gallois, le néerlandais, l'allemand, le corse, le catalan, le basque et l'occitan breton?

Mettre «Humain» avant «Kelt» était très important. Aussi importantes que soient les racines et les identités, nous ne pouvons pas oublier que la première partie de notre identité implique d'être un être humain.


Je vois souvent les mots «combattant» et «défenseur» qui vous sont associés en ce qui concerne la culture bretonne et son importance sur la scène mondiale. Parlez-moi de ce dévouement et de son importance pour vous.

J'étais très jeune lorsque mon père a fabriqué la première harpe celtique. Puis je suis tombé amoureux de la culture bretonne et celtique. J'étais un jeune breton. Je ne pouvais pas parler breton, alors j'ai pris des cours, principalement par courrier. J'ai également fait l'expérience de la culture en vivant à Paris où résident également de nombreux Bretons. Il y a aussi des Bretons à New York et au Canada. J'ai donc appris la langue, mais en même temps, la majorité des gens, même en Grande-Bretagne, considéraient cette culture comme quelque chose de lointain, démodé et même primitif. J'ai consacré ma vie à défendre la culture bretonne en réponse.

Nous vivons à une époque complexe et difficile, géopolitiquement parlant. Comment Human ~ Kelt en tant que titre se rapporte-t-il à ce fait?

Les gens se retirent à l'intérieur de leurs propres frontières nationales et régionales. Les murs se construisent partout, ce qui équivaut à une sorte d'enfer. La réponse des musiciens comme moi est de montrer que nous ne rejetons pas la diversité identitaire. Pour moi, c'est un suicide de fermer les fenêtres et les portes, car cela finit par entraîner la fin de votre propre culture. Sans ces fenêtres et portes ouvertes, votre culture n'a aucun moyen de vivre. Les cultures doivent être en contact avec d'autres cultures et avoir la possibilité de créer quelque chose de nouveau à partir des autres influences. Human ~ Kelt montre que tout le monde est à la fois semblable et différent. Nous avons des similitudes qui nous aident à communiquer avec tout le monde. Nous avons également quelque chose d'unique dans nos cultures que nous pouvons échanger avec les autres. Pour en revenir à votre dernière question, c'est la logique de ma défense de la culture bretonne. Je le défends mais je veux aussi qu'il s'étende au reste du monde sans frontières.

 

Human ~ Kelt combine de nouvelles compositions avec des versions repensées de pièces antérieures. Décrivez l'approche et le processus créatif impliqués.

Je voulais explorer différents aspects de ma musique à travers mes 50 ans de carrière. J'ai donc revisité de nombreuses chansons antérieures, mais un tiers de l'album est de nouvelles créations, car cela reflète aussi que la vie continue. Mon point de vue est qu'ils travaillent ensemble en parallèle. Même si je revisite des chansons anciennes, je le fais sans idées préconçues. C’est une fusion idéale entre les éléments des premières versions et les sentiments d’aujourd’hui. J'utilise même des échantillons des chansons originales mélangées à de nouvelles mélodies et techniques. L'album a pris trois ans à assembler. Il y avait beaucoup de post-travail et de mixage car il y avait tellement de son à travailler. Le son global est la chose la plus importante en musique pour moi.

Comment l'improvisation contribue-t-elle au processus d'écriture de nouvelles musiques pour vous?

Pour moi, l'improvisation est très importante car elle reflète les idées qui émergent lorsque je pense à elles. Il y a beaucoup dans ma musique qui vient de manière rationnelle, mais il y a aussi beaucoup d'improvisation. De nouvelles idées arrivent même pendant le processus de mélange. J'ai donc essayé de combiner tout cela dans cet album, ce qui n'a pas été facile. Je voulais communiquer le sentiment de la première fois que j'ai touché ma harpe sur cet album. Donc, vous entendrez des improvisations de harpe vraiment spontanées sur le disque. Parfois, je le faisais aussi avec le chant.

Parlez-moi du choix des musiciens invités que vous avez inclus sur l'album.

«Reflets» était la première chanson de mon premier album de 1970. Elle était écrite en français à l'époque. Je voulais faire une nouvelle version avec des paroles trilingues dessus. J'ai donc pensé utiliser Murray Head pour la partie anglaise. Il est très connu en France et en Angleterre en tant que chanteur et acteur. C'était un chanteur très intuitif et avait un très bon sens de l'équilibre.

J'ai utilisé Fatoumata Diawara pour «Den I», qui est une chanson malienne. J'ai aimé l'ambiguïté que nous avons pu créer sur cette chanson parce que lorsque vous l'écoutez, vous ne pouvez pas vraiment savoir si c'est elle ou moi qui chante.

J'ai parlé à Andrea Corr de sa performance sur "Ardaigh Cuan" parce qu'il y a quelque chose de presque biologique dans sa connexion à la musique celtique. De plus, les gens n'ont pas l'habitude de l'entendre chanter en gaélique. Andrea voulait chanter sur une autre chanson, alors j'ai pensé à une berceuse appelée "A Hed An Nos" que j'ai faite sur un album précédent. C’est encore bien connu. Il le savait enfant, traduit du gallois en breton. J'ai donc demandé à Andrea si nous pouvions la chanter en anglais, gallois et breton. Donc maintenant c'est une chanson trilingue et ça parle de l'idée que tout est possible. C'est aussi lié à Noël dans mon esprit.

L'album contient également Angelo Branduardi, un chanteur italien très populaire en Italie et en France. Il a créé des choses qui ont aussi le même genre d’idée de retourner à ses racines, mélangées à des éléments modernes. Il a une influence anglo-saxonne particulière, combinant l'anglais américain et une approche italo-européenne. Il se produit sur «Breselien - Brocéliande» et «Son Ar Chistr».

Yann Tiersen est quelqu'un qui a eu un très grand succès dans les bandes sonores. Il a fait la musiqueAmélie. Il est aussi breton et nous avons fait quelque chose de très spécial et technique sur le morceau "Pourquoi Es-Tu Venu Si Tard?". J'ai d'abord improvisé sur la harpe et fait une improvisation vocale, que je lui ai envoyée. Il a ensuite improvisé au piano, ce que je dirais presque impossible. Mais il a vraiment répondu au rythme et a travaillé dans ce contexte difficile. Il était la bonne personne pour le faire.

J'essayais de parler d'humanité dans un sens plus large avec cet album, ce qui est l'une des raisons pour lesquelles j'étais heureux d'y inclure Bob Geldof. Je sens que certaines personnes peuvent être angéliques et encourager les gens à vivre en paix. Nous pouvons faire de grands changements positifs avec nos actions avec des idéologies très simples, même si le monde est très compliqué. L'une des choses les plus importantes est d'être respectueux des autres. Ce que Bob a fait avec Band Aid et Live Aid a prouvé que nous pouvons changer les choses pour le mieux. Faire accepter à Bob mon invitation à chanter sur l'album était vraiment un cadeau.

Dan Ar Braz joue également sur "An Emglew". Il était serveur dans un restaurant qui a quitté ce travail pour jouer de la musique. Il était guitariste dans des salles de danse et des endroits comme ça. Il a choisi de consacrer sa vie à la guitare et a joué avec moi pendant de nombreuses années et nous sommes toujours amis. Il est devenu très populaire en Grande-Bretagne et plus tard, en France. Ce fut un plaisir de l'avoir également sur Human ~ Kelt, car il a joué un rôle important dans ma vie. C'est un très bon guitariste avec un talent spécial. Un très beau, beau joueur avec un son riche.
 

 

En 1970, ils ont sorti mon single "Broceliande" qui a eu plus de succès que prévu. Ensuite, Philips m'a demandé de faire des albums et Reflets et Renaissance of the Celtic Harp sont sortis au début des années 70 et ceux-ci avaient encore plus de ventes. J'ai fait un concert à l'Olympia de Paris en 1972 qui a été diffusé pour la première fois à la radio française. Sept millions de personnes l'ont écouté ce soir-là, y compris des personnes hors de France dans des pays aussi éloignés que l'Algérie. Nous l'avons sorti sous forme d'album live et ce fut un succès surprenant car il était contre toutes les idées commerciales. Personne ne pouvait chiffrer l'idée que quelqu'un comme moi chantait principalement dans une langue que peu de gens comprennent. Et pourtant, 1,5 million d'exemplaires de l'album ont été vendus. C'était un album numéro un en Europe. Après la soirée de ce concert, j'ai réalisé que tout pourrait être ouvert pour moi à partir de là.

Les musiciens bretons et d'ailleurs ont été séduits par l'idée de combiner la musique celtique avec d'autres formes par la suite. Il y a eu une révolution culturelle en Bretagne et elle est presque devenue à la mode. Je me souviens que nous inversions totalement la situation pour le mieux. Quelques années auparavant, les gens rejetaient la culture bretonne. Du coup, les Français de partout étaient enthousiastes à propos de la musique bretonne. L'album a été un véritable moment de croisement. Je devrais mentionner en même temps que je faisais cela, quelque chose de similaire se produisait pour les grands musiciens d'Irlande. Les Chieftains et Paddy Maloney suscitaient également un grand intérêt pour la musique irlandaise. Ensemble, tous les musiciens ont créé une vague très puissante qui s'est propagée à travers la planète. Je suis très heureux d'avoir contribué à porter cette musique à un niveau de popularité plus élevé.

 
Pensez-vous que votre relation avec la harpe continue d'évoluer?

Oui, ça évolue tout le temps. Le premier est l'évolution continue de l'instrument lui-même. La musique pour moi, c'est vraiment le son avant les notes. J'ai donc construit de nouveaux harpes prototypes depuis le début des années 80, principalement des instruments à corps solide.

Ma relation avec la harpe est venue quand j'étais enfant. À 12 ans, je jouais du piano, ce que je n'aimais pas tant. Il y avait quelque chose d'un peu froid à toucher les touches du piano. Mais quand j'ai touché les cordes de la première harpe celtique bretonne que mon père avait construite, c'est devenu une passion pour moi.

J'avais besoin d'un professeur, mais il n'y avait pas de professeurs de harpe celtique. Il n'y avait que quelques Irlandaises jouant de la harpe irlandaise en Irlande à cette époque. J'ai donc eu un professeur de harpe classique au début. Mon père, dix ans plus tard, a créé une harpe celtique à cordes métalliques, également connue sous le nom de harpe bardique. Ce fut une nouvelle étape dans ma relation avec la harpe. Les cordes métalliques sonnaient très différemment de tout ce que j'avais entendu dans la musique classique. Le son était beaucoup plus proche de ce que je cherchais - quelque chose de plus celtique, mais aussi plus proche du son de la guitare acoustique et du sitar. La résonance de la harpe est également fantastique et hypnotique. Donc, pendant 30 ans, j'ai joué presque exclusivement de la harpe à cordes métalliques. Après cela, je suis en partie revenu aux cordes en nylon avec une nouvelle harpe solide.

Ce que j'aime dans la harpe, c'est sa mécanique, les niveaux auxquels vous pouvez placer les notes et la formalité enchantée des notes. J'adore plier des cordes sur la harpe, ce qui est le contraire de nombreux harpistes qui ne font que jouer des cordes. La flexion des notes est très importante pour moi, car j'adore travailler avec des intervalles.

Réfléchissez à votre contribution à «The Fog» et «Between a Man and a Woman» sur Sensual World de Kate Bush à partir de 1989.

C'était presque magique. J'ai adoré les albums de Kate Bush et un jour, je lui ai envoyé une lettre. Elle m'a répondu deux jours plus tard et j'ai été très surprise. Elle a dit qu'elle aimerait travailler avec moi et m'a invitée à travailler sur l'album Sensual World. Je n'ai jamais été très timide, mais j'étais un peu timide pour travailler avec elle.

Nous allions expérimenter ensemble, mais c'était en quelque sorte plus professionnel que ce à quoi j'étais habitué. Nous avons eu beaucoup de temps pour travailler. Nous étions dans un studio du matin au soir et avions autant de temps que nous le voulions. Elle a un grand dévouement à travailler sur le mixage, le son et la production. Elle a toujours été experte dans ces domaines. Elle est très dévouée à créer un excellent mix, qui peut être aussi important que la composition elle-même. Elle essaie de réaliser quelque chose d'aussi près que possible de la perfection, même si cela est bien sûr impossible. Mais je me suis beaucoup plus rapproché de cela qu'auparavant avec elle. Je pense qu'elle a travaillé de cette façon depuis le début.

Après avoir travaillé ensemble sur son album, je lui ai demandé si ce serait bien de faire quelque chose pour mon album de 1993 à nouveau et elle a accepté de travailler sur "Kimiad". C'est une belle histoire. À un moment donné, elle m'a vu jouer sur The Old Grey Whistle Test sur la BBC à partir de 1973. Je jouais "Kimiad" de mon album qui est sorti cette année-là appelé Chemins de Terre. Elle était folle de cette chanson. Quand je lui ai demandé de collaborer sur mon album, elle a dit "Oui, mais je vais travailler sur" Kimiad "." Encore une fois, je me suis retrouvé à revisiter des documents précédents, donc c'était parfait.

Il y a eu une autre chanson sur laquelle nous avons travaillé ensemble, intitulée «La Dame du lac», qui devait figurer sur mon album de 1991 The Mist of Avalon. Mais nous n'avons jamais eu l'accord de la maison de disques pour le mettre sur l'album. J'aurais aimé l'inclure, mais ce n'était pas possible.

Je comprends que vous êtes un grand fan de science-fiction et je crois qu'il y a un lien entre elle et la mythologie celtique.

Oh oui. J'adore 2001: une odyssée de l'espace et de nombreux autres films de science-fiction. J'ai aussi adoré le magazine Fantastic depuis l'âge de cinq ans. En fait, j'ai trouvé Fantastic en même temps que j'ai trouvé la mythologie celtique. La science-fiction est ainsi ouverte à l'infinité de l'imagination et de la réalité. C'est communiquer que nous sommes entre les mondes et que nous sommes un peu claustrophobes ici dans le nôtre. Mais l'espace - le cosmos - est quelque chose de si vaste. Je rêve de voyager dans d'autres galaxies.

Je pense que le lien entre la mythologie celtique et la science-fiction est qu'ils explorent et développent tous deux la réalité de l'époque à laquelle ils ont été créés. Ils combinent tous deux de nouveaux éléments avec la réalité que nous connaissons.

Comment la spiritualité informe-t-elle votre vie?

J'ai été élevé dans la religion catholique romaine, puis j'ai commencé à réfléchir davantage aux choses. J'ai été tellement fasciné par la culture celtique et j'ai décidé qu'il n'y avait aucune raison de rester dans ce genre d'église, de culture et de sentiment. Donc, je pensais plus à une église chrétienne celtique. Alors j'ai pensé «Pourquoi le christianisme? Ce n'est pas quelque chose d'universel. "Pour moi, c'est juste une idée. C’est une approche d’un groupe de personnes ou de cultures à propos de leur sentiment d’atteindre une sorte de transcendance. Donc, je suis allé à quelque chose de plus universel, mais je ne suis jamais arrivé à un point où je pourrais dire "Maintenant, j'ai ma religion.

 

 
Ma spiritualité est quelque chose de très ouvert et de synchronicité. Je ne peux rien mettre dans une boîte. Je crois en une sorte d’esprit universel et en l’univers lui-même - quelque chose qu’il n’est pas possible d’exprimer en tant qu’être humain.

Peut-elle s'exprimer à travers la musique?

D'une certaine manière, oui. Je pense que la musique est la meilleure expression de certains éléments. Certaines parties de ma musique ont quelque chose de spirituel. A travers la musique, nous nous engageons à poursuivre un autre type de communication totalement ouvert par les vibrations. Et si nous parlons de communication par de simples vibrations, alors nous parlons de spiritualité.
 
 
 

 

commentaires

Maléfique : Le Pouvoir du Mal (2019)

Publié le 6 Janvier 2020 par Source Celtique #2 dans Vidéos, Films

Maléfique : Le Pouvoir du Mal (2019)
commentaires

Le 17 janvier, c'est toujours férié ! (zad.nadir.org , le 27.12.19)

Publié le 3 Janvier 2020 par Source Celtique #2 dans Manifs

commentaires

Britannia saison 2 en streaming (VF)

Publié le 3 Janvier 2020 par Source Celtique #2 dans TV, Vidéos

Britannia saison 2 en streaming (VF)
commentaires
<< < 1 2 3