Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
☘️  Source Celtique #2 ☘️ (Since~2013)

Bienvenue sur le blog Source Celtique #2 - Blog hommage, à Alan Stivell Cochevelou, retour sur les chemins de terre d'un Barde Breton..."kentoc'h mervel eget em zaotra"

Bretagne : une route définitivement fermée pour protéger les amphibiens (geofr / )

Publié le 8 Décembre 2021 par Source Celtique #2 in Infos

 

Les batraciens vivant dans le secteur des Landes de la Poterie en Bretagne, site classée Natura 2000, vont pouvoir traverser le route sans craindre d'être écrasés !

 

"L'amour pour les hérissons consiste d'abord à franchir une route", écrit Jean Giraudoux dans Électre, sa célèbre pièce. Mais les hérissons ne sont pas les seuls à mourir sur les routes de France. Les grenouilles, crapauds et autres tritons sont également nombreux à connaître le même sort. Comme le rapportent notre confrères de 20 minutes, la commune de Lamballe-Armor en Bretagne a donc pris une décision radicale pour arrêter l'hécatombe : fermer purement et simplement la route départementale 28 que onze espèces protégées et souvent menacées traversent chaque année à la période de reproduction.

Avant de prendre cette décision, l’agglomération Lamballe Terre et Mer a tout tenté. Depuis 2016, et avec l'aide de l’association Vavarmor Nature et de ses bénévoles, de nombreux "crapaudromes" ont été installé pour protéger la traversée des batraciens. 4.000 animaux ont ainsi pu être sauvés. La fermeture temporaire de la RD28 de décembre à mars a ensuite été décidée, mais la collectivité souhaite aujourd'hui aller plus loin.

"Une première nationale"

La RD28, surnommée la "route des grenouilles" sera donc fermée sur 750 mètres, et une déviation va être mise en place. "On espère montrer la voie de la préservation de la biodiversité à l'échelle nationale", a déclaré à franceinfo Jérémy Allain, conseiller délégué à la biodiversité de Lamballe. Les responsables de Lamballe-Armor évoquent une "première nationale" et "une décision forte en termes de protections environnementales".

Une décision qui été accueillie avec un véritable enthousiasme, même si certains riverains ont fait part de leur mécontentement. "Je suis pour la protection de la nature, mais il ne faut pas que les amphibiens passent avant les hommes", s'est notamment ému un habitant de la région auprès de franceinfo.

Commenter cet article