Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
☘️  Source Celtique #2 ☘️ (Since~2013)

Bienvenue sur le blog Source Celtique #2 - Blog hommage, à Alan Stivell Cochevelou, retour sur les chemins de terre d'un Barde Breton..."kentoc'h mervel eget em zaotra"

Alan Stivell, Human kelt, World village (2018) - (Alan Stivell / Forum Officiel)

Publié le 29 Octobre 2018 par Source Celtique #2

Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) /  28.10.18

Human kelt (vu par Laurent Bourdelas) / 28.10.18

          J’ai déjà raconté comment s’était faite ma rencontre avec la musique d’Alan Stivell : l’été 1972, alors que mes parents et moi déambulions dans une rue de Saint-Goustan (Auray), la découverte de Tri martolod, puis au Noël suivant, de tout l’album mythique à l’Olympia qu’ils m’offrirent et enfin, quatre ans plus tard, j’assistais à mon premier concert du chanteur sur la scène du Moustoir, au Festival interceltique de Lorient. Dès lors, je devins ce qu’il est convenu d’appeler un fan, mais bien plus que cela. C’est lui qui – directement ou indirectement – me conduisit à m’intéresser à toute la culture bretonne puis celtique, musicale, littéraire, poétique, picturale (…) et à l’histoire de la Bretagne, pays que je n’ai jamais cessé, comme bien d’autres, de trouver très proche de mon Limousin natal. Tout ceci jusqu’à rencontrer Alan – vu plusieurs fois en concert – et à lui consacrer divers articles, émissions de radio, ainsi que deux ouvrages[1]. C’est dire si j’attendais avec impatience ce nouvel album, sur lequel il m’avait dit travailler intensément. J’ai eu la chance de le découvrir dès l’été précédant sa sortie et de l’apprécier immédiatement, le considérant comme l’un des grands albums de l’artiste, toujours cohérent avec sa démarche depuis le début : s’ancrer dans la tradition bretonne et celtique mais s’ouvrir au reste de la musique et du monde, chercher, toujours et jusqu’à l’expérimental, recréer, aussi, ses propres compositions.

Cet album est – non pas testamentaire (Alan est né en 1944) – à la fois comme un nouveau manifeste après un demi-siècle de création et une sorte de retour sur des moments importants de la carrière de Stivell. Celui-ci a d’ailleurs toujours eu l‘esprit commémoratif, revenant par exemple sur la scène de l’Olympia en 2012, avec certains des musiciens de l’équipe originelle, quarante ans après le célèbre Musicorama de février 72 proposé par Lucien Morisse sur Europe 1, qui allait propulser Alan sur le devant de la scène et être à l’origine de la vague bretonne qui allait déferler sur la France et bien au-delà. C’est finalement le sens du premier titre medley de l’album, comme un bilan introduit par de mélancoliques notes de piano : Setu . 52 bloaz. « Voici . 52 années. » On y entend même la voix de Lionel Rocheman (retrouvée sur le site de l’INA), l’organisateur, dans les années 60 au Centre américain de Montparnasse des Hootenannies où se produisit le jeune harpiste et où il fit sensation. On entend aussi le parolier Claude Lemesle, qui fréquenta également les lieux où il rencontra Joe Dassin. Stivell évoque « l’envie de dissoudre, dans ce présent, la distance temporelle entre 1966 et aujourd’hui. » Une préoccupation qui rappelle, à sa manière, celle, à propos du temps et des multiples dimensions possibles, du formidable écrivain britannique Alan Moore. Le titre de l’album, Human Kelt, ne surprend pas pour qui connaît la philosophie stivellienne : il est breton et se sent celte, certes, mais il est d’abord humain – une idée reprise dans les titres Den I et Den II, Den signifiant « être humain ». Une conviction qui irrigue tout l’album, pour résister contre tous ceux qui veulent faucher « les fleurs de l’esprit/de l’âme et de l’imagination. »            

Ce qui frappe dans cet album, c’est de constater que le chanteur sait s’entourer de prestigieux invités – comme il l’a d’ailleurs toujours fait – que leur présence soit virtuelle (Stivell pratique le sample depuis longtemps et ici, notamment, l’auto sample) ou live : Bob Geldof, que l’on ne présente plus mais dont on rappellera que c’est aussi un militant irlandais, Murray Head, Yann Tiersen, Angelo Branduardi (complice historique), Fatoumata Diawara, chanteuse malienne popularisée en France par sa collaboration à Lamomali de Matthieu Chedid, mais aussi Andrea Corr, Lea Antona (chanteuse corse), Francis Cabrel ou Claude Sicre, des Fabulous Trobadors. Il faut citer encore Dan Ar Braz, Henri et Yvon Morvan et Glenmor, figure tutélaire avec qui Alan joua et sonna plus jeune. A cette liste s’ajoute celle de talentueux musiciens et virtuoses des machines (dont certains ont déjà collaboré avec Stivell) : Konan Mevel, Marco Fada, Emmanuel Devorts, Jean-Bernard Mondoloni, Ted Beauvarlet, Marco Canepa, Fab Tabuteau, Jessica Delot, David Millemann, Cedrik Alexandre et Kevin Camus. Il s’agit donc d’une belle aventure musicale et, finalement, collective, dont Alan Stivell est le maître d’œuvre. On note par ailleurs qu’il (re)déclare sa flamme dans MJ a garan à celle qui l’accompagne depuis leur rencontre en 1968 au Centre Elysée Bretagne et avec qui il se maria en août 1973 : Marie-José. Il avait déjà utilisé ces simples initiales dans M.J. sur l’album Terres des vivants en 1981.


            C’est donc ici un album de croisement d’influences, de world music telle que Stivell l’a toujours aimée et dont La symphonie celtique fut l’apogée en 1979 ; pas étonnant, donc, que celle-ci soit citée, même brièvement. On y entend s’entremêler intelligemment et joliment la Bretagne, l’Afrique (on se souvient d’1 Douar une Terre, sur lequel le Breton chantait avec Youssou N’Dour en 1998, un autre anniversaire), l’Irlande ou l’Occitanie. Pour cette dernière, le Limousin que je suis ne peut que se réjouir de la reprise-recréation d’Idèas, chanson présente sur Terre des vivants (1981), texte de Stivell alors adapté en occitan par Michel Berthoumieu, où il proclamait son ouverture d’esprit. Sa voix jointe à celle, douce, de la jeune Corse Lea Antona, de Francis Cabrel (du Lot-et-Garonne…) et de Claude Sicre, troubadour toujours inventif est une réussite. Deux duos avec la chanteuse Andrea Corr, entre harpe et océan, donnent à entendre un traditionnel irlandais et la langue gaélique puis un hymne à « la plus longue nuit » – celle, sans doute, du solstice d’hiver (durant laquelle les druides honoraient le gui, symbole d'immortalité, de vigueur et de régénération physique). Cette chanson, A hed an nos, est fort belle, notamment grâce à l’accompagnement somptueux de l’Orchestre Symphonique de Bretagne, présent ailleurs sur l’album. En 1973, Stivell chantait, sur l’album Chemins de terre, un très rock Brezhoneg’Raok (« la langue bretonne d’abord »), appel à tous les Bretons affirmant : « Sans langue bretonne, pas de Bretagne/Sans langue bretonne, ne parlons plus de la Bretagne ». La nécessité d’un combat jamais abandonné depuis. Ici, il redynamise le tout avec une introduction electro très dance, du self-remix, la participation de Bob Geldof, des roulements de tambour breton, des sons traditionnels, une harpe et des percussions particulièrement rock. Au cœur de l’album, quatre reprises-recréations. Reflets, adskedoù, reflections, avec Murray Head dont la voix fait ici des merveilles et Robert Le Gall, souvenir et retour aux sources vers 1970, lorsque parut l’album Reflets à propos duquel le journaliste Jacques Vassal, de Rock & Folk, disait, prémonitoire : « [Stivell] montre une voie oubliée en France : cette voie consiste à tourner le dos aux pâles imitations, aux démarquages et à les remplacer par une musique incarnée, en exploitant les sources dont le musicien est issu comme une base solide pour aller plus loin… bien plus loin… » Bresilien (Brocéliande), avec Branduardi et Vincenzo Zitello (grand harpiste italien ici au cello et psaltérion) est une émouvante réinterprétation d’une chanson du même album, qui exprime la perte mais aussi la quête d’une civilisation, celle de la légende arthurienne, avec Viviane et Merlin près de la fontaine de Barenton : « Où êtes-vous/Rêves lointains et merveilleux. » Suivent les deux principaux tubes du chanteur. Son ar chistr, chanson à la gloire du cidre, comme on le sait, composée en 1929, au soir du dernier jour de battage, par deux adolescents agriculteurs de Guiscriff (Morbihan), Jean Bernard et Jean-Marie Prima, arrangée par Stivell et enregistrée sur le même 45t que Brocéliande en 70 – très souvent reprise depuis. Tri martolod, logiquement introduite par quelques bruits de vague, ne pouvait pas être absente d’un tel projet, arrangée aujourd’hui de belle manière, incluant un self-sample de 72. On connaît le succès du titre, jamais démenti depuis qu’il contribua à la célébrité du chanteur – il est remarquable que Stivell arrive encore à demeurer créatif dans cette nouvelle version. Kelti(k)a est un moment d’intense communion musicale en l’honneur des peuples celtes à partir de musiques traditionnelles qui font voyager de la Bretagne vers l’Ecosse, où l’on entend le paysage sonore de Stornoway, le luthier spécialisé dans les instruments de musique ancienne et musicien Julien Cuvillez (passionné d'histoires légendaires, de la table ronde à Games of thrones), Glenmor, les frères Morvan, Joanne Mac Iver, musicienne et chanteuse originaire de l'île d'Arran et Eilidh Mairi Saunière. Boudicca est une composition en hommage à la « Vercingétorix » du peuple brittonique des Iceni (si l’on en croit Tacite), dans la région qui est aujourd’hui le Norfolk, qui mourut en 61 en combattant les légions romaines. On croit y entendre le carnyx, et l’ensemble, tout en electro et distorsions diverses, bénéficie d’un véritable souffle épique, mais, après avoir lu les poètes Spenser et Milton qui furent inspirés par la reine, on s’amuse d’entendre Stivell lui faire dire : « Merde à César ! » (en l’occurrence, c’était alors Néron). On a le plaisir d’y entendre la harpiste et chanteuse galloise Catrin Finch qui a pu déclarer, à l’occasion du Festival interceltique de Lorient de 2018 combien le musicien breton avait influencé sa vocation. Boudicca rappelle le goût de Stivell pour les grandes figures historiques bretonnes ou celtes, comme le roi irlandais Brian Boru qu’il célébra également dans un album sorti en 1995. Human kelt s’achève par Eamonn an chnoic/Pourquoi es-tu venu si tard ? superbement introduit a capella par Una ni Fhlannagain, harpiste originaire de Galway, chanteuse de Sean nos, style de chant traditionnel irlandais, puis poursuivie par Stivell (harpe et chant « sur le fil », presque fragile) et le Ouaissantais Yann Tiersen (au piano ici tout en ruissellements et échos nostalgiques). Il s’agit d’une ballade mélancolique inspirée par la vie d’Éamonn Ó Riain, aristocrate irlandais qui aurait vécu dans le comté de Tipperary de 1670 à 1724 et qui aurait dirigé un gang de bandits. Si la chanson fut maintes fois interprétée, y compris par les Pogues, la complainte de « Ned of the hill, drowned, cold and wet », placée ici en conclusion d’un album faisant allusion au passé le colore d’une incontestable touche de spleen, que ne saurait faire oublier son incontestable créativité.
 


[1] Dernier paru : Alan Stivell, Le Mot et le Reste, 2017.

Commenter cet article